Alioune Thiam, Drh de la RTS : “Abdoulaye Fofana Seck a fait un abandon de poste”

1120

Le journaliste Abdoulaye Fofana Seck est engagé dans un bras de fer avec la Radiodiffusion Télévision Sénégalais (RTS) qui l’emploie toujours. Pour avoir le cœur net dans cette affaire, Seneweb s’est entretenu avec M. Alioune Thiam, le Directeur des ressources humaines (Drh) de la RTS.

Il est fait cas dans la presse d’un différend opposant la RTS au journaliste Abdoulaye Fofana Seck. Qu’en est-il réellement de cette affaire qui a atterri au tribunal du travail ?
Merci de nous donner l’occasion d’éclairer le public sur ce que vous qualifiez de différend et qui, en réalité, pose plutôt une question d’ordre juridique et règlementaire : est-ce qu’un agent affecté à un poste de travail, qui de surcroît correspond à sa spécialité, peut sans raison valable refuser de venir se présenter à son lieu de travail ne serait-ce que pour récupérer sa décision d’affectation et au besoin poser toutes ces questions qu’il a préféré aller exposer en public ?

En effet, il s’agit d’une série d’affectations, sur instruction du directeur général de la RTS, dont la principale raison est d’encourager les agents concernés à revenir au travail afin de contribuer, chacun dans son domaine de compétence, aux nouvelles orientations stratégiques de l’entreprise.

Car, comme vous le savez bien, notre secteur d’activité a subi des mutations importantes qui nous interdisent aujourd’hui de mettre sur la touche nos propres agents qui, pour certains, ont acquis un savoir et un savoir-faire par le fait l’entreprise.

Le directeur général, très indulgent, nous a instruits de trouver des bureaux, de les réfectionner et de les meubler afin d’accueillir tous les agents qui ont été remplacés à leurs postes et qui ne viennent plus travailler, alors qu’ils continuent à percevoir leurs salaires. Ils sont tous venus prendre leurs décisions d’affectation, se sont entretenus avec les responsables de leurs services et ont commencé à travailler. Seul, M. Abdoulaye Fofana Seck a refusé de le faire.

“Nous n’avons jamais demandé à Abdoulaye Fofana Seck de retirer sa plainte parce que, la justice ne saurait lui être favorable. Depuis plus de 5 ans, il ne s’est pas présenté au travail. Pourtant, il perçoit chaque mois son salaire de directeur.”

Le journaliste Abdoulaye Fofana Seck a pourtant eu à occuper le poste de directeur commercial et marketing. Que lui reproche la direction de la RTS dans ce dossier ?
C’est le directeur général, constatant la bonne volonté et l’implication des uns et des autres, qui peut les proposer à des nominations. Ceci pour dire essentiellement que ce n’est pas à l’agent de réclamer des postes et des positions qui découle d’une tactique de positionnement relevant de la vision et des objectifs de l’autorité. Concernant M. Abdoulaye Fofana Seck, nous sommes devant un cas d’abandon de poste que le code du travail a clairement traité.

Par ailleurs, le management des hommes implique nécessairement des évaluations périodiques et des changements en fonction des objectifs fixés. C’est la raison pour laquelle certains responsables sont remplacés par d’autres. Maintenant, si à chaque fois qu’un agent est remplacé et affecté à un autre pose il doit ester en justice, la marge de manœuvre de l’autorité et surtout ses projets quant à l’atteinte de ses objectifs seraient compromis.

Sur un autre registre, l’information circule comme quoi beaucoup de cadres de la RTS, environ une vingtaine, sont mis au frigo par Racine Talla. Confirmez-vous ?
À la suite de ce qui précède, vous conviendrez avec moi que nous ne pouvons plus parler de cadres mis au frigo. En effet, tous les agents concernés, en dehors de ceux qui sont déjà partis à la retraite, malades ou mis en disponibilité sur la vingtaine dont vous faite allusion, ont rejoint leur poste et vous pouvez le vérifier.

De plus, M. Abdoulaye Fofana Seck n’a jamais été rétrogradé. Il conserve toujours la classe de directeur et le salaire correspondant qui équivaut à la classe 8 à la RTS, hormis certaines indemnités réservées à un directeur en fonction conformément à notre convention.

Nous ne lui avons jamais demandé de retirer sa plainte parce que, dans tous les cas, la justice ne saurait lui être favorable. Depuis plus de 5 ans, il ne s’est pas présenté au travail. Pourtant, il perçoit chaque mois son salaire de Directeur. Lorsqu’il a refusé de répondre à une demande d’explication dans les délais, il lui a été servi une mise en demeure par voie d’huissier et, malgré tout, il refuse de se présenter s’exposant à une radiation pure et simple.

Quant au soi-disant Collectif des agents pour le redressement qui est agité depuis l’année dernière dans l’anonymat, nous pouvons présentement désigner, sans risque de nous tromper, le seul et unique adhérent. La preuve, nous ne cessons, depuis hier, de recevoir des appels de supposés mis au frigo qui se désolidarisent de ce groupe fictif.

Seneweb.com