Sénégal : pour une élection présidentielle apaisée et crédible, Gorée Institute anticipe les effets néfastes des réseaux sociaux par un monitoring

1330

Le Sénégal se prépare à l’élection présidentielle de 2019. En effet, malgré plusieurs sursauts citoyens ayant permis de réaliser des alternances, le pays reste une démocratie à acquis fragiles. D’autant que ces sursauts citoyens ont été acquis dans un contexte souvent conflictuel. Le phénomène des Réseaux Sociaux (RS) venu se greffer aux facteurs d’instabilité des processus politiques et spécifiquement des processus électoraux, rend la situation plus complexe. A cet effet, le Gorée Institute, fidèle à sa dynamique de contribuer à un processus électoral paisible, libre, crédible et inclusif, va mettre en place un dispositif d’observation et de monitoring du scrutin présidentiel de 2019 efficace et opérationnel. Dans son Programme de Synergie Citoyenne pour des Elections Apaisées et Crédibles au Sénégal, l’Institut panafricain mène des activités d’observation et de monitoring de l’élection présidentielle qui se pointe à l’horizon. C’est ainsi qu’une dizaine de blogueurs sénégalais regroupés autour d’une plateforme vont être introduits aux techniques de recueil, d’analyse et de production de données, les 30 et 31 Octobre 2018 à Gorée. Aussi, sur la période de Novembre à Avril 2019, des rapports périodiques renseignant sur le rôle et l’impact des réseaux sociaux sur le processus électoral sénégalais seront produits.

C’est indéniable. Les réseaux sociaux connaissent une généralisation exponentielle dans le monde (2 milliards d’utilisateurs) et en Afrique (250 millions d’utilisateurs) avec surtout une audience auprès des jeunes qui constituent la frange la plus importante de la population. Avec la propagation de l’information qui se fait en temps réel, les RS ont fini d’avoir un potentiel d’influence instantanée sans commune mesure pouvant déboucher sur des manipulations ou sur une désinformation. En effet, dans un contexte africain de faiblesse de l’opinion publique et d’une très forte proportion de jeunes, des effets néfastes peuvent se produire si des dynamiques anticipatives et correctives ne sont pas prises en vue d’alerter et de corriger les dysfonctionnements éventuels notés tant dans le partage de l’information, la transmission de l’information, le discours véhiculé et le contenu du discours des parties prenantes au processus électoral. Le phénomène des réseaux sociaux venu s’ajouter aux facteurs d’instabilité des processus politiques et électoraux mérite d’être étudié afin de parer aux troubles électorales. C’est dans ce cadre que le Gorée Institute, dans son programme d’observation et de monitoring de l’élection présidentielle 2019, tient un monitoring des réseaux sociaux, une première dans une élection présidentielle au Sénégal. Dans le cadre de ce monitoring qui regroupe dix (10) blogueurs sénégalais, les pages les plus significatives pouvant influencer l’opinion seront suivies et des données produites, remontées, analysées (analyse qualitative ou sociopolitique) et partagées avec les parties prenantes pour que des correctifs puissent être apportés.

Spécifiquement, le monitoring des réseaux sociaux vise à faire une revue des enjeux des réseaux sociaux relativement au processus électoral en cours au Sénégal. A travers ce monitoring, le Gorée Institute analyse l’impact des réseaux sociaux sur le processus électoral en cours au Sénégal, renforce les capacités des participants aux techniques de monitoring et l’appliquer aux réseaux sociaux les plus pertinents au Sénégal. Ce qui lui permettra d’aménager un dispositif de recueil, d’analyse et de production de données pour une appréciation de l’impact des réseaux sociaux sur le processus électoral au Sénégal.

Transmediatik