Les médias africains invités à “plus de rigueur” dans le traitement des informations de deuxième main

0
104
L’universitaire et chercheur franco-égyptien Samir Amin a invité les professionnels africains des médias à faire preuve de “plus de rigueur et de méfiance” dans le traitement qu’ils font des “informations de deuxième main”.

Les médias, au regard de la manière dont ils fonctionnement actuellement, “sont intégralement subordonnés aux classes dirigeantes”, a soutenu le professeur Amin, économiste de formation.

Il intervenait lors d’une conférence publique sur “la mondialisation dans ses formes contemporaines”, mercredi, au Centre d’études des sciences et techniques de l’information (CESTI) de l’Université de Dakar.
Selon Samir Amin, “c’est toujours la même chose qui est dite et reprise par les autres sans au préalable une domestication”. Aussi appelle-t-il les médias africains à cultiver “l’esprit critique pour mieux discerner le fait du commentaire dans les médias occidentaux”.
A ses yeux, la mondialisation, présentée comme “une chose tout à fait nouvelle, n’est pas aussi jeune qu’on le prétend. Les pays africains ont été intégrés bien avant les pays d’Asie du Sud-est dans le processus de mondialisation dans ses formes anciennes à travers l’esclavage et la colonisation”, explique-t-il.
Aps

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here