Un journaliste n’est pas un mendiant!

907

Ce n’est pas parce que les per-diem sont devenus une loi générale que la plupart des chargés de communication, attachés de presse ou chargé de presse, si je peux ainsi dire, pensent que les journalistes sont des nécessiteux. Sachez que l’argent donné n’a jamais été une obligation et ne le sera jamais, car ne figurant sur aucun texte, aucune constitution.

Vous n’êtes pas tenus de le donner si c’est pour ridiculiser les journalistes vu que vous en avez plus besoin qu’eux. Combien sont-ils aujourd’hui les chargés de com’ qui réclament de l’argent au nom des journalistes et qui prennent la moitié de la somme prévue pour chacun d’eux. Combien sont-ils aujourd’hui à faire signer une liste de présence aux journalistes, avec leur numéro de pièce d’identité et tous les contacts pour qu’en fin de cérémonie disparaître avec le bout de papier et l’argent encaissé au nom des journalistes.

Les journalistes sont corrompus a-t-on coutume de dire au Sénégal, mais personne ne parle de ces chargés de com qui bouffent chaque année des millions de francs CFA sur le dos de ces derniers. Je ne dis pas que tous les journalistes sont blancs comme neige mais il y a beaucoup de confrères et consœurs qui ont leur dignité. Et qui, même s’ils ne sont pas nés sur un plateau d’argent, ne vont jamais se ridiculiser pour un billet de 5000 ou 10000 francs CFA. Et ceci, même s’ils souffrent le martyre dans les rédactions, avec des arriérés de salaires ou même sans rien à la fin du mois.

De grâce gardez vos per-diem et laissez les passionnés faire leur travail avec professionnalisme et sans problème. Encore une fois, le journaliste n’est pas un mendiant.

Page facebook Mariama Diémé