Propagande, lobbying, journalisme d’opinion… : Les autres maux de la presse Sénégalaise

1254

Ce mercredi 3 mai, les journalistes Sénégalais étaient dans la rue à Dakar et dans quelques capitales régionales pour dénoncer la précarité qui sévit dans le secteur de la presse. Une initiative de la Coordination des Associations de Presse (CAP) qui coïncide avec la journée internationale de la presse. Parmi les maux qui gangrènent la presse au Sénégal, les organisateurs ont souligné la nécessité de voter le Code de la presse, la régulation du marché de la publicité, la mise en place d’un environnement approprié pour le développement de l’économie de la presse, mais aussi le lobbying qui gangrène le secteur. Il peut être politique, économique ou religieux. D’ailleurs la propension des autorités à donner des fréquences à des groupes religieux ou ethnique, est assimilée par le coordonnateur de la CAP Bakary Domingo Mané comme une poudrière. Parlons du lobbying politique avec les combats entre partis et même à l’interne des formations politiques à quelques mois des législatives. C’est la presse d’opinion, d’accusations gratuites avec des pseudonymes et des visages inconnus au bataillon qui vont apparaitre. Notre attention est attirée aujourd’hui par le journal Le Soir dont la pub passe sur Seneweb et dont le premier numéro est prévu pour ce vendredi. Aucune signature dans ce journal présenté comme « le premier quotidien numérique sénégalais ». Dans ce numéro on tape sur Thierno Alassane Sall, on essaie de décrédibiliser Idrissa Seck et Pape Diop. Dans la mouvance présidentielle, les journalistes qui peuvent jouer à ce jeu sont nombreux mais la méthode n’est pas loin de celles utilisées par El Malick Seck. Nous l’affirmons en attendant de connaître les auteurs de ces écrits dans le Soir !

Transmediatik