Edito : Yakham transfert la Rédaction de « Libération » au Palais, « Il est Midi » Monsieur le Président !

923

Si tous les quotidiens du pays étalent, presque, la même actualité et que leurs angles de traitement ne se différencient pas tant, « Libération » se démarque généralement par ses Une. Ce journal a la primeur de renseignements qui ne peuvent venir que d’un « haut d’en haut ». Des informations qui ont quand même la particularité de révéler la vie privée ou la gestion nébuleuse d’un opposant au régime Sall. Ce qui indique que son fondateur Yakham Mbaye reste toujours actif, pour servir la « dynastie Faye Sall », qu’il fut le premier journaliste à ainsi qualifier. Il tient à se faire pardonner cette expression lancée suite à une de ses crises d’humeur. Yakham n’a pas déposé sa plume. Son style rédactionnel est reconnu des experts, malgré ses efforts pour ne pas être identifié. Il n’a pas déposé sa plume, car ne faisant que se ronger les pouces dans l’espace présidentiel. Et puisqu’il est devenu le Secrétaire d’Etat à la Communication, il ne peut que faire profiter à son canard et à son nouvel employeur des rapports des renseignements généraux, des inspections d’Etat et de la Cour des comptes et de dossiers judiciaires en instance. Ce qui est un précédent dangereux et illégal, qui rappelle le défunt quotidien « Il est midi », dont le Directeur de publication, Ndiogou Wack seck devenu Pca de la Rts, inventait même des histoires et des « bombes » pour tenter de salir et déstabiliser les adversaires de son parrain Macky, à l’époque Pm de Me Wade. C’est lui qui a inspiré Yakham. A la seule différence que celui-ci a transféré la rédaction « centrale » de « Libération » au Palais de la République, en se servant du talentueux journaliste Cheikh Mbacké Guissé comme paravent. Ce qui ne peut être que dommage pour ce professionnel, resté du côté de l’ancienne-piste, qui savait compenser son bégaiement par des investigations utiles et objectives rendues par une plume alerte et aisée. Yakham insulte et salit impunément ainsi depuis le Palais. Mais, « Il est midi », Monsieur le Président !

 www.xibar.net