Sport 11 d’El Hadji Diouf, mort programmée…

637

Sur 12 pages de l’édition de ce jeudi 16 février, seules 3 pages sont consacrées à l’actualité sportive sénégalaise avec de simples reprises de la presse et une interview sur une page avec Anne Marie Diokh (ancienne capitaine des lionnes du basket). Très peu si l’on se rappelle des propos de son promoteur l’ancien international El Hadji Diouf, il y a juste un mois. Le Double ballon d’Or africain  déclarait avoir travaillé pendant longtemps  à la mise en place de ce projet. « Le journal devait s’intéresser  à diverses rubriques et une série d’articles portant sur les après match. A l’histoire des grands clubs de football du Sénégal et du continent, des portraits de figures légendaires du monde sportif sénégalais et africain. Un zoom sur les navétanes, les résultats et autres reportages des   matchs du jour. Sans parler du focus sur les écoles de football, de la découverte des talents, une série de reportages sur les causes défendues par les sportifs africains dans leur pays d’origine ou encore les œuvres caritatives, les programmes de développement qui les accompagnent. »

Aujourd’hui au-delà de contenu qui laisse à désirer, le journal est mal présenté. Si on y ajoute les rédacteurs qui sont inconnus au bataillon, il faut dire que notre El Hadji Diouf national doit revoir sa copie pour éviter la mort rapide de son journal qui a juste un mois. Surtout qu’il a annoncé un projet de groupe de presse (radio et télé) orienté sur les sports.

Transmediatik