Envoyé Spécial interdit de diffuser une partie d’un reportage sur Lactalis

3660

Le groupe Lactalis, qui estimait qu’un reportage d’Envoyé Spécial le concernant comprenait des “attaques injustifiées”, a obtenu d’un tribunal qu’une partie de celui-ci ne puisse plus être diffusée.

Le groupe laitier a gagné. Dans un communiqué diffusé ce jeudi, Lactalis a indiqué qu’il avait obtenu, lors d’une procédure en référé, l’interdiction de la diffusion d’une partie d’un numéro d‘Envoyé Spécial programmé par France 2 mi-octobre. Le 13 octobre, la chaîne publique avait diffusé un reportage qui, selon le groupe, mettait “gravement en cause le groupe Lactalis et son président Emmanuel Besnier”. Le géant du lait avait alors saisi le tribunal de grande instance de Laval en référé, afin, explique le communiqué, de “mettre un terme à ces attaques injustifiées et à la diffusion d’une émission uniquement à charge”.

“Le président des référés de Laval a fait injonction à France 2, sous astreinte, de cesser immédiatement la diffusion des passages relatifs à la vie privée du président du groupe Lactalis, reconnaissant ainsi que ces images et commentaires n’ont aucun lien avec la situation des producteurs de lait qui constituait le sujet de ce reportage”, précise Lactalis. Selon le numéro 1 mondial du lait, qui estime être un “bouc-émissaire”, ce reportage, qui vient “couronner près de deux mois d’une intense campagne de dénigrement”, “accumule les contrevérités et les amalgames” et “constitue une désinformation inacceptable”.

75 000 employés dans le monde”

“Des informations erronées ont été avancées voulant laisser croire que d’un cas d’une exploitation laitière, il faut faire une généralité afin de vouloir rendre Lactalis unique responsable de la crise profonde qui frappe les producteurs de lait”, explique-t-il aussi. France 2 n’a pas fait de commentaires sur ce dossier.

Le géant du lait a été confronté l’été dernier à une mobilisation nationale sans précédent des éleveurs laitiers et des syndicats agricoles. Un accord avait finalement été trouvé le 30 août pour un relèvement du prix auquel Lactalis achète le litre de lait aux producteurs.

Lactalis exploite des marques très connues de lait de consommation (Lactel), de fromages ou de beurre (Bridel, Président, Lanquetot, Roquefort Société…) et affiche selon son site internet un chiffre d’affaires de 17 milliards d’euros en 2015 et 229 sites industriels dans 43 pays. Il compte environ 15 000 employés en France et 75 000 au total dans le monde. Emmanuel Besnier, son PDG mis en cause dans le reportage, selon le groupe, est né en 1970 et 13e fortune de France selon Challenge.

Ce vendredi, France Télévisions a indiqué au site puremedias.com que le groupe avait l’intention de faire appel de la décision du tribunal de grande instance de Laval.

lexpress.fr