Bara Ndiaye et la gestion de la maison de la presse : Quelle honte !

658

Si tous les écrits d’Actusen.com sur la gestion de la maison de la presse du Sénégal sont avérés, on peut s’attendre à un limogeage de son gestionnaire Bara Ndiaye. Cela va aussi donner raison au Synpics et à toutes les personnes qui s’étaient levés pour s’opposer à sa nomination car le bonhomme n’avait aucune expérience en la matière en plus il n’est pas connu comme un journaliste talentueux. Le site écrit qu’ « on peut écrire un livre sur la gestion de l’Administrateur de la Maison de la presse, mais il en restera toujours à manger et à boire. En effet, entre gestion financière des fonds de cet outil de travail et recrutement aux contours patrimoniaux des Agents (CDI aux 1er Adjoint au maire et Secrétaire municipal de Méouane, sœur de Birame Faye, Dg de l’Aeme ; 600 000 F Cfa de salaire à une Assistante ; chauffeurs…), Bara Ndiaye patauge dans une mare de pratiques de nature à faire tressaillir plus d’un ».

En plus « lorsque, dans le cadre de la loi rectificative des finances de novembre 2015, la Maison de la presse a reçu une enveloppe de 50 millions F Cfa, au lieu de payer les rappels de salaires aux Agents qui ont broyé du noir pendant plusieurs mois, Bara Ndiaye  s’est adjugé les 36 millions F Cfa. Une manière pour lui de se payer, lui-même, ses douze mois de rappels de salaires ».

Devant tout cela il répond que les gens recrutés ont le profil de l’emploi, que la loi lui permet de se payer ses douze mois de rappels et qu’ « on a équipé le bâtiment en connexion Internet et on est sur un vaste chantier, qui une fois terminé, fera de sorte que la Maison de la presse sera l’un des endroits les plus courus par ceux qui organisent des évènements ».

Le reste ce sont des accusations contre son ministre de tutelle, Magnick Ndiaye qui s’occupe plus de culture que de communication et aussi contre le Secrétaire d’Etat à la communication Yakham Mbaye. Tous ses camarades de parti.

Au moment où l’on discute sur le devenir du journalisme au Sénégal, Bara Ndiaye, journaliste de profession, travaille juste pour faire de la maison de la presse un lieu pour l’organisation d’événements.

Mais ce n’est pas une surprise car au Sénégal, la feuille de route de la Direction de la communication au ministère de la Culture et de la Communication et du Secrétariat à la communication dudit ministère semble se limiter à doter le pays d’un nouveau code de la presse.

C’est tout simplement triste pour la profession avec tous ces journalistes de profession, devenus politiques et qui accompagnent le chef de l’Etat. Bara Ndiaye est le maire de Méouane.

Transmediatik