La nouvelle formule peu convaincante du Grand Journal

0
295

Après une rentrée catastrophique qui a vu ses audiences chuter à vitesse grand V, le Grand Journal animé par Maïtena Biraben s’est offert une cure de jouvence en ce début d’année.

Il était temps. Car avec des audiences en moyenne deux fois inférieures aux saisons précédentes, des mesures s’imposaient pour stopper l’érosion.  Premier changement, une émission coupée en deux qui s’articule autour d’une première partie dominée par la chronique société de Lauren Bastide en ouverture à 18h45, suivie du JT de Victor Robert. L’interview face-à-face avec Jack Lang menée par Maïtena Biraben conclut cette première partie. Et ce n’est pas le moindre des remaniements, comme le soulignait hier le site Puremédias, qui a recueilli les explications d’un cadre de Canal+, « La volonté de la production, c’est de sortir l’interview face-à-face de Maïtena qui plomblait les audiences dès le début de l’émission après le journal».

Après une respiration, la deuxième partie qui démarre à 19h10 est plus conforme à la copie d’Antoine de Caunes. Un retour aux sources salvateur ? Pas forcément. Si on pouvait apprécier le rythme soutenu de l’ex-animateur, il faut reconnaître que sa version battait déjà de l’aile. Et lundi 4 janvier, on a vraiment eu l’impression de voir du neuf avec du vieux. Bien que l’actualité, dominée par la disparition de Michel Galabru, permit à Yann Moix de rendre un vibrant hommage à l’acteur (peut-être le seul moment a retenir de l’émission), rien dans cette nouvelle version n’incite à l’optimisme.

Car la structure du show n’a pas évolué. On y retrouve des interventions de personnalités qui font l’actualité, des pastilles humoristiques (ou pas), la chronique d’Augustin Trapenard qu’on préfère mille fois à la radio. Et c’est bien là le problème. N’est-ce pas le moment de tout bouleverser ? Car à force de s’entêter avec un schéma qui semble mort dans l’oeuf depuis de longs mois, le Grand Journal risque encore de perdre des téléspectateurs qui sont déjà légion à avoir rejoint les rangs des chaînes concurrentes à cette heure-là.  Oui, il faudra bien plus qu’une version décolorée pour sortir le Grand Journal du marasme.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici