Le CNRA coupe le signal à WALF TV et SEN TV

53
Les télévisions des groupes Walfadjri et DMédia n’émettent plus. Leur signal a été coupé et ce pour trois (3) jours. Le Conseil national de Régulation de l’Audiovisuel (CNRA) a décidé de la suspension de la diffusion des programmes de WALF TV et de SEN TV, pour 72h hier, jeudi 4 mars 2021, à cause des «manquements» à leurs obligations, motive le régulateur audiovisuel.
 
Et de deux sous le magistère de Babacar Diagne, le président du Conseil national de Régulation de l’Audiovisuel ! L’alerte de la Coordination des Associations de Presse (CAP) n’y fera rien. Au contraire, quelques heures après la sortie de la CAP décriant les menaces de fermeture de télévisions proférées par le régulateur, suite à des «manquements» dans le couverture médiatique de l’affaire Ousmane Sonko, la veille mercredi, le CNRA est passé à l’acte. L’assemblée générale du régulateur, à l’issue de sa délibération hier, jeudi 4 mars 2021, a décidé de la fermeture pour trois (3) jours de WALF TV et de SEN TV.

A travers deux communiqués sur les deux décisions de suspension notifiées aux promoteurs des deux chaînes de télévision, le régulateur motive cette option par le fait que suite à des constats de «manquements à la réglementation, le Conseil a, par un communiqué en date du 03 mars 2021, rappelé aux médias, leur obligation de veiller à sauvegarder la paix et à ne pas diffuser de programmes faisant, notamment, explicitement ou implicitement l’apologie de la violence». Aussi, rappelle ledit communiqué, le CNRA appelait WALF TV et SEN TV «à cesser la couverture irresponsable de la situation et à mettre un terme aux violations flagrantes de la réglementation».

Non sans leur préciser que «la poursuite des manquements constatés était passible d’une suspension immédiate du signal pour une durée de 72 heures». Seulement, relève le CNRA, malgré la mise en garde, WALF TV et SEN TV ont persisté dans leur «logique de violation de la réglementation, en diffusant en boucle des images de violences». C’est pourquoi, le régulateur, après en avoir délibéré hier, jeudi 04 mars 2021, a décidé, en application de l’article 26 de la de la loi n°2006-04 du 04 janvier 2006 portant création du CNRA et de l’article 210 de la loi n°2017-27 du 13 juillet 2017 portant Code de la Presse, de la suspension de la diffusion des programmes de WALF TV et de SEN TV «pour 72 heures, durant la période allant du jeudi 04 mars 2021 à 17 heures au dimanche 7 mars 2021 à 17 heures».

Et la source d’ajouter que WALF TV et SEN TV sont tenues «de respecter scrupuleusement la présente décision». Et la Société de Télédiffusion du Sénégal (TDS SA) et Canal+ Sénégal sont chargés de l’application de la présente décision qui sera notifiée aux promoteurs de WALF TV et de SEN TV et publiée partout où besoin sera, indique le CNRA. Le conseil souligne que cette décision est prise conformément à l’article premier de la loi portant création du CNRA qui assigne au régulateur la «mission essentielle d’assurer le contrôle de l’application de la réglementation sur l’audiovisuel et de veiller au respect des dispositions de la présente loi et de celles des cahiers de charges et conventions régissant le secteur», lit-on dans les deux textes.

UN AN APRES SEN TV, LE CNRA FERME ENCORE 2 TELEVISIONS

Déjà dans son communiqué d’avant-hier mercredi, le CNRA a mis en garde les chaînes de télévisions SEN TV, 2STV et WALF TV, les menaçant de fermeture pour 72h. il leur reproche la diffusion en boucle d’images de l’audition avortée suivi de l’arrestation par le GIGN du président de Pastef/Les Patriotes, Oumane Sonko. Une mise en garde qui n’a pas été bien appréciée par la CAP qui qualifie le CNRA d’«organe obsolète aux ordres qui cherche à museler des télévisions». «Si aujourd’hui cet organe de régulation qui est devenu éculé et caduque avec le Code de la presse de juillet 2017, menace les chaînes de télévision de suspension ou «ces mesures seront aggravées en cas de récidive», il y a lieu de s’inquiéter… Cela n’étonne personne parce que l’équipe actuelle serait en mission commandée et serait prête à tout pour se maintenir et mériter la confiance du chef. Elle devra savoir que nous n’accepterons aucun abus quel que soit le prétexte utilisé», dénonce la CAP, selon qui le CNRA ne peut dénier aux journalistes un droit fondamental élémentaire acquis de haute lutte et inscrit dans la Constitution. D’ailleurs, c’est la deuxième fois que ce collège du CNRA, présidé par Babacar Diagne en arrivent à une décision extrême du genre. L’on se rappelle, il y a un peu plus d’un an, cette équipe avait décidé de la coupure du signal de la télévision du groupe DMédia pour une semaine, à compter du 31 décembre 2019. «La diffusion des programmes de la SEN TV est suspendue pour sept (07) jours durant la période allant du mardi 31 décembre 2019 à minuit au mardi 7 janvier 2020 à minuit», annonçait-t-on dans un communiqué du régulateur.
www.sudonline.sn