Quand Sunu Lamb sort de l’arène ça peut poser problème

0
141

Le petit article du journal des arènes sénégalaises parlant du départ du directeur général de AIBD SA, remplacé par Doudou KA, ancien directeur général du Fongip pouvait passer inaperçu. Oui parce que ce n’est pas certainement dans le journal spécialisé sur la lutte sénégalaise qu’on va aller pour avoir des détails sur le communiqué du premier Conseil des ministres après le dernier remaniement. Ce petit texte n’est pas passé inaperçu pour deux raisons. Premièrement, le journal fait une confusion entre Abdoulaye Mbodji, directeur général de AIBD SA et Papa Maël Diop, directeur général des ADS. Un problème de culture générale se pose, ce qui est grave pour un journal même spécialisé en lutte. Oui pour un journaliste cela doit être toujours, « expert en rien, curieux de tout ». C’est donc Abdoulaye Mbodji qui est remplacé et non Papa Maël Diop. Certains diront que ce n’est pas trop grave on peut le concéder pour un journaliste qui parle sport notamment la lutte et qui ne retient de Papa Maël Diop qu’un ancien trésorier du CNG et ami de Alioune Sarr dont le mandat est arrivé à terme à la tête du CNG et le journaliste a voulu tout suite faire le parallélisme. La deuxième raison est c’est là le problème, le journal DakarTIMES a révélé que dernièrement le groupe qui édite le journal Sunu Lamb avait sollicité un appui financier du directeur général des ADS pour l’organisation d’un événement. Ce que ce dernier « a oublié » précise le journal. Alors si cette demande non satisfaite explique cet empressement de dire que Papa Maël Diop est limogé cela pose un gros problème d’éthique et de déontologie dans le travail du journal Sunu Lamb. D’ailleurs après constat de cette « erreur sur la personne », le journal devrait tout suite apporter la précision et même présenter des excuses au directeur général des ADS. Des journaux le font chaque jour avec de simples erreurs qui portent parfois sur des photos ou l’identité. Cela éviterait des soupçons qui portent atteintes à la crédibilité de l’organe en question mais de façon générale sur la presse sénégalaise souvent décriée par le public.