Affaire Adja Ndiaye: Les jeunes reporters dénoncent la « barbarie policière »

0
56

Les déclarations de soutien et de compassion se multiplient à l’endroit de la consœur de Dakaractu agressée et brutalisée par les forces de l’ordre. Cette fois-ci, c’est au tour de la Convention des Jeunes reporters du Sénégal (CJRS) d’apporter son soutien.

« Notre consœur Adja Ndiaye, camerawoman à DakarActu, a subi, ce lundi 28 septembre 2020, une furie policière d’une rare violence. Elle a été battue par six éléments du Groupement mobile d’intervention (GMI) avant que son matériel de travail ne soit détruit. Ce, alors qu’elle était dans l’exercice de son métier », dénonce la CJRS dans une note parvenue à Seneweb.

Actuellement, informe le communiqué, Adja Ndiaye est dans un état déplorable, internée dans une clinique de la place. Ainsi, la Convention des Jeunes Reporters du Sénégal dénonce cet acte de barbarie subi par notre consœur et espère que des sanctions fermes, à la hauteur de l’abus, seront prises contre les auteurs d’un tel acte impardonnable dans un État de Droit.

« Pour rappel, la Convention des Jeunes Reporters du Sénégal avait appelé le ministre de l’Intérieur, M. Aly Ngouille Ndiaye, à mettre un terme à cette violence inouïe dont font usage ses services vis-à-vis des reporters qui, jour et nuit, prennent des risques pour donner la bonne information aux Sénégalais et au monde entier », rappellent les jeunes reporters.

Et d’ajouter que : « Plusieurs cas d’abus intolérables ont ainsi eu lieu cette année, par des forces de l’ordre, contre de jeunes journalistes dans l’exercice de leurs fonctions. Ce fut le cas durant le couvre-feu le 27 mars dernier à Touba. Les jeunes reporters sont aujourd’hui de plus en plus exposés face à la furie des forces de l’ordre qui ont pourtant l’obligation d’assurer leur protection plutôt que de jouer aux bourreaux.»

Seneweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici