Mise en oeuvre du projet fact-checking : le REPPRELCI remet officiellement le rapport final au ministre de la communication et des médias

0
76

Le Réseau des Professionnels de la Presse en Ligne de Côte d’Ivoire (REPPRELCI) a organisé ce jeudi 13 août 2020, au siège de Weblogy à Cocody, la cérémonie de présentation officielle du rapport final de son projet « Ivoirecovid19check », en présence du ministre de la communication et des médias, Sidi Tiémoko Touré.

Dans son allocution, le président du RPPRELCI, Lassina Sermé, a adressé ses vifs et sincères remerciements au ministre Sidi Tiémoko Touré pour “sa présence distinguée, qui a rehaussé l’image de cette cérémonie”.

Il a rappelé que ce projet, financé par le bureau de l’UNESCO à Abidjan sur une période de trois mois, de mai à juillet 2020, avait pour objectif de lutter contre la propagation des fausses nouvelles sur la pandémie de la Covid-19.

« Il s’agissait pour nous de minimiser, voire enrayer l’impact négatif des fake news dans la lutte contre le Coronavirus, en les corrigeant, rectifiant ou diffusant l’information vraie, juste et exacte », a déclaré M. Sermé.

Il a conclu son intervention en soulignant que le REPPRELCI « ambitionne de voir ce projet basculer sur la période électorale (…) en vue de contribuer à une prise de conscience et apaiser les tensions sociopolitiques ».

Présentant les résultats obtenus, le chef de projet, Anderson Diédri, a expliqué que 76 articles ont été publiés entre le 3 mai et le 30 juillet 2020 portant sur des faits vérifiés (fact checking), l’actualité et le suivi du respect des mesures barrières.

A ces articles, il faut ajouter la publication de 12 rapports hebdomadaires de monitoring, 90 infographies (résumant le bilan chiffré de la pandémie communiqué chaque jour par le ministère de la santé et de l’hygiène publique), 22 flash infos et 12 caricatures.

Trente-cinq (35) articles de fact checking ont été publiés dont plus de 50% portent sur des propos faussement attribués à des personnalités et des affirmations inexactes ou des publications sans preuve. En plus, 30% des fake news ont été publiés par des médias traditionnels et 70% sur les réseaux sociaux.

Dans son discours, le ministre de la communication et des médias, également porte-parole du gouvernement Sidi Tiémoko Touré, a remercié la Représentante Résidente de l’UNESCO en Côte d’Ivoire pour sa constante sollicitude à l’endroit du secteur des médias.

Il a également félicité le REPPRELCI pour avoir pris cette initiative qui a permis d’apporter les rectificatifs appropriés aux fake news qui ont circulé durant cette crise du Coronavirus.

« Les résultats présentés toute à l’heure, témoignent du sérieux dans le travail effectué mais aussi de l’impact positif des actions de mon département ministériel et de nos appels au respect des règles d’éthique et de déontologie du métier du journalisme », s’est réjoui le ministre en présence de la présidente du Conseil national des droits de l’homme (CNDH), Namizata Sangaré.

Evoquant la période électorale que traverse le pays, il a exhorté à continuer la vérification rigoureuse des faits pour éviter la désinformation, dont les conséquences pourraient se révéler très préjudiciables pour nos concitoyens.

« J’appelle les médias, toutes tendances confondues, à faire preuve de plus de courage en restant professionnels et attachés au respect scrupuleux des règles d’éthique et de déontologie. En tout état de cause, je nour­ris­ l’espoir de voir ce projet s’étendre à la période électorale pour le bon déroulement de l’élection présidentielle du 31 octobre 2020 », a indiqué le ministre Sidi Tiémoko Touré.

Par ailleurs, un exemplaire du rapport final du projet a été remis au ministre de la communication et des médias par le président du REPPRELCI lors de cette cérémonie qui a enregistré la participation de l’OMS, de la CEDEAO, de l’organisation non gouvernementale internationale Equal Access International (EAI), les autorités de régulation des médias et de la communication publicitaire ainsi que la Commission d’accès à l’information d’intérêt public et aux documents publics (CAIDP).

Des organisations professionnelles des médias, notamment l’Union des radios de proximité (URPCI), le Groupement des éditeurs de presse de Côte d’Ivoire (GEPCI), l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI) et l’Organisation des journalistes professionnels de Côte d’Ivoire (OJPCI) étaient également présentes.

Le REPPRELCI est une organisation créée en 2006, regroupant les acteurs de la presse numérique en Côte d’Ivoire. Cette faitière des médias numériques ivoiriens s’est donnée pour mission d’organiser, structurer et promouvoir la presse numérique en Côte d’Ivoire.

news.abidjan.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici