Mamoudou Ibra Kane invite les patrons de presse à plus d’organisation pour une valorisation du secteur des médias

0
306

Le Directeur Général du groupe Emedia Invest plaide pour une presse de qualité, de grands groupes de presse qui vont concurrencer l’offre étrangère. «  Il faut qu’on arrête de consommer seulement ce que les autres produisent, et qu’on essaie d’offrir aux autres quelque chose. Les populations également doivent être fières et respecter nos médias. C’est vrai que le challenge, c’est que les médias essaient d’abord de gagner ce respect et cette considération de leur part. Mais il est temps que les Sénégalais arrêtent d’accabler et de minimiser nos médias en faveur des médias étrangers. C’est bien de regarder les chaînes étrangères, mais il faut donner d’abord la force à nos médias. Mon ambition est qu’on ait de grandes télévisions, de grandes radios, de grands journaux, de grands sites internet. Mon rêve, c’est qu’un jour, l’Américain soit scotché aux chaînes sénégalaises, que le Chinois écoute nos radios, lise nos journaux et s’informe dans nos sites internet ».

Dans un entretien avec le site «Lasnews.info» du journal L’As, Mamadou Ibra Kane soutient que « cela requiert des productions de qualité, du professionnalisme. Et si on ne le fait pas, il y va de la pérennité de notre métier. Les médias sénégalais constituent une grande richesse, avec beaucoup de créativité comme les séries, les arts, la musique et autres. Mais si on ne fait pas attention, les pays qui ont de grands médias vont venir s’emparer de toutes ces ressources. Nous devons refuser qu’une telle chose arrive un jour. Donc, nous devons nous organiser et avoir un intérêt commun ».

Pour cela, au-delà de la concurrence, l’ancien directeur de la RFM et directeur général du groupe futurs médias lance un appel aux patrons de presse et des entités qui fédèrent la profession, « la concurrence est certes une bonne chose, mais si on fédère nos forces, on va faire de la presse sénégalaise une industrie. Je lance donc un appel à tous les acteurs comme Babacar Touré, Racine Talla, Yakham Mbaye, Youssou Ndour, El Hadji Ndiaye, Mbakiyou Faye, Bougane Guèye, Maïmouna Ndour Faye et tous les membres de la corporation pour s’organiser, se battre afin de mieux valoriser et renforcer notre secteur. Mais nous devons également renforcer le professionnalisme et ne plus laisser d’autres personnes s’emparer de ce pour quoi on a lutté pendant des années. Cet appel est valable pour le Cnra, le Cdeps, le Synpics, le Cored, l’Appel ».

« J’interpelle tout le monde, presse publique, presse privée à s’organiser pour défendre ce secteur essentiel. Le Sénégal ne peut pas se développer tant qu’on ne respecte pas le secteur des médias, notamment l’audiovisuel, parce que c’est la base de l’industrie culturelle », dit Mamadou Ibra Kane qui est revenu dans cet entretien sur son enfance et son parcours professionnel.