EDITORIAL I 50 ans du journal Le Soleil: Le bonheur de l’information juste

0
314

50 ans ! C’est le bel âge. Celui de la fidélité. De la régularité. De la fiabilité. En un demi-siècle d’existence, «Le Soleil» n’a jamais été pris en défaut d’absence, toujours fidèle au contrat qui le lie à ses lecteurs. Les vents contraires n’ont, certes, pas manqué, mais le navire n’a jamais déserté le front de l’information. À l’heure de l’Internet et d’un flux mondial et indistinct de l’information standardisée, marquée au Sénégal par une floraison de canaux d’information, «Le Soleil» est toujours resté fidèle à son Adn: l’enquête, l’approfondissement et le style. En ce sens, le legs des précurseurs n’a jamais été enfoui dans les scories du temps.

Notre positionnement éditorial est connu de tous. «Le Soleil» est un quotidien gouvernemental dont la vocation est de fournir une information plurielle et équilibrée au service de tous les publics. Autant nous mettons un point d’honneur à rendre visible l’action gouvernementale à travers les politiques publiques, autant nous nous employons, avec un égal bonheur, à rendre compte du quotidien de tous les Sénégalais. Grâce à une politique affirmée de départementalisation de ses services, «Le Soleil» se déploie partout dans le pays pour être au plus près des préoccupations de nos compatriotes. Une telle régularité n’aurait été possible sans l’appui de l’Etat du Sénégal et de nos annonceurs. Ils sont les socles, solides, sur lesquels s’appuie «Le Soleil» pour faire face à sa mission. Qu’ils soient vivement remerciés pour leur soutien constant.

Le fait est démontré : passé le cap critique de la cinquantaine, on est de plus en plus heureux. Depuis que la science économique s’intéresse au bonheur, la plupart des laboratoires de microéconomie appliquée des pays de l’Ocde sont parvenus à la même conclusion : le sentiment de bonheur, au cours de la vie, suit une courbe en U. En clair, de 20 à 45-50 ans, il dégringole de façon vertigineuse, et, à partir de la cinquantaine, il grimpe aussi vite qu’il avait chuté, pour atteindre une sorte d’extase autour de… 70 ans. Rendez-vous est donc pris avec, tout au long de ces vingt années qui nous sépare de cette extase journalistique, un «Soleil» toujours au front de l’information juste, l’information vraie.

Par Yakham Codou Ndendé MBAYE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici