La Gendarmerie a autre chose à faire que de perdre du temps dans des histoires de plagiat qui n’existent que de nom

0
273

Est-ce que c’est vrai que l’animatrice de la TFM, Ya Awa Dièye a fait des heures à la Section de recherches de la gendarmerie suite à une plainte d’El hadji Ndiaye de la 2STV. Il est écrit que le boss du groupe Origines SA reproche à la belle dame la reprise de l’émission « Célébrités et religion », propriété de sa chaîne, sur les antennes de la TFM où elle a déposé ses baluchons après avoir quitté la 2STV.  Mais il faut savoir qu’ici comme ailleurs, les formats des émissions sont pareils sur les télés et radios. La différence va se jouer sur les talents des animateurs, la qualité de son contenu, les  beaux plateaux, la bonne tenue de l’antenne… Où est la différence entre ce qui se fait présentement le soir entre WalfTv (Grand Soir), SenTv (Grand Plateau) et la TFM (Quartier Général) ? Côté info, où est la différence entre ce qui est livré sur nos principales radios à midi ou sur nos chaînes de télé à 20h ?  Mais c’est un ensemble de critères (professionnels, techniques) qui va faire la différence et jouer en faveur  d’un tel ou tel autre concurrent. Alors  on peut vraiment dépenser de l’énergie pour trouver les moyens techniques et dénicher les talents, qui ont toujours la  liberté d’aller là où ça paye mieux. Dans le paysage  médiatique comme  dans d’autres secteurs, la concurrence fait partie du jeu.  Alors porter plainte pour des histoires de nom d’une émission, c’est vraiment faire perdre du temps aux enquêteurs qui vont s’occuper de ce soit disant dossier. C’est juste bon pour amuser la galerie et alimenter la rubrique actu médias.

Vous avez peut-être lu le texte du site Xibaaru suite à la sortie de Babacar Fall sur les dérives notées dans le fonctionnement de la presse en ligne. Le directeur de la rédaction de la RFM était dans cette fameuse émission qui oppose la 2STV et la nouvelle recrue de la TFM. Une réponse de Xibaaru  (à lire ici : https://www.xibaaru.sn/proces-monte-contre-la-presse-en-ligne-les/ ) qui dépasse les limites. On peut toujours se défendre avec des arguments  en restant dans la décence et le professionnalisme.  Mais là ça ressemble à de la terreur intellectuelle, des menaces et c’est dans le lot des dérapages qu’on peut dénoncer.

Ndiaga Diouf

Journaliste