Le SG du SYNPICS parlant du traitement journalistique de l’affaire de meurtre du Commandant Sané : « La presse ne doit pas être complice de la fuite des criminels »

0
117

Le secrétaire général du Syndicat des professionnels de l’information et de la communication (SYNPICS) a réagi suite au meurtre du commandant de la gendarmerie de Koumpetoum. Ahmadou Bamba Kassé a farouchement dénoncé cet incident avant de lancer un appel à la presse qui «ne doit pas être complice de la fuite des criminels». Il en appelle à «la responsabilité» des journalistes dans le traitement de l’affaire. 

De fausses bribes d’information sur la mort du commandant de la Brigade de gendarmerie de Koumpentoum ont sorti certains spécialistes des médias de leurs gonds. Qu’en pensez-vous?  

C’est dangereux parce que pouvant aider les suspects présumés dans leur projet de fuite. La presse ne doit pas être complice de la fuite des criminels. Depuis cette affaire, certains médias sont dans une dangereuse tentative de course à l’information et malheureusement on assiste plus à la diffusion de rumeurs qu’autre chose. Ce faisant, ils compliquent davantage le travail des enquêteurs et entravent la traque. Je rappelle juste que le défunt était en première ligne pour extirper les journalistes objet d’une chasse à l’homme en février lors de l’élection présidentielle à l’étape de Tamba d’un des candidats.  

Ne faudrait-il pas plutôt interdire la diffusion de toute photo de suspects émanant des enquêteurs notamment ?  

Ce n’est même pas professionnel. S’il y a un avis de recherche avec photo à l’appui ce sera le fait des forces de défense et de sécurité et évidement les médias seront appelés officiellement à vulgariser un tel avis. Cela se voit dans tous les pays. La presse peut être mise à contribution pour rechercher un fugitif mais une telle initiative doit venir des enquêteurs. Donc à moins que la photo en question provienne de la Gendarmerie, il faut se garder de la difffuser. 

Quel est l’appel du Synpics concernant le traitement journalistique de cette affaire de meurtre du Commandant Sané? 

Pour cette affaire comme pour toute autre qui met en jeu l’intérêt supérieur de la nation, l’attitude professionnelle doit consister à se mettre au service de la vérité. La course au scoop ne doit pas prévaloir. Il s’agit ici d’un élément de notre sécurité nationale tombé sur le champ de l’honneur lors d’une lâche attaque d’une agence de la poste. Donc en voulant protéger un symbole de notre État, le commandant est tombé. On doit plus qu’ailleurs faire preuve de retenue et de responsabilité.

Dakaractu

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici