Hommage à un confrère : «Appelez moi Mamadou…»

0
44

«Appelez moi Mamadou».  C’est la précision que Mamadou Ibra Kane a tenu à faire ce dimanche, à son invité du Grand Jury sur la RFM. Baba Coumba Thioune, interpelé sur la vie et l’œuvre de Cheikh Ahmadou Bamba, ne cessait d’appeler Mamadou «Monsieur le Directeur général».

Mamadou I KaneCertainement gêné par cette marque d’affection, le journaliste a voulu replacer l’émission dans son véritable contexte : l’interviewé face à l’intervieweur. «Appelez moi Mamadou. C’est plus simple», a t-il suggéré.
Mamadou Ibra Kane est bien le Directeur général du premier groupe de presse du Sénégal. Et dans ce pays, il est rare, s’il existe, qu’un confrère soit admis à un tel niveau de responsabilité dans le groupe où il a exercé et exerce encore en tant que journaliste.
D’où cette réflexion sur cet homme qui fait tant la fierté de toute une corporation.
Même si, il faut le reconnaître, au Sénégal, il n’est pas de coutume qu’un journaliste parle d’un confrère, en des termes élogieux.
De la radio Walfadjri où il s’est fait connaître des auditeurs, Mamadou Ibra Kane est passé directeur au démarrage de la Radio Futurs Medias. Le nouveau né avait beaucoup à faire, face à des mastodontes comme Walf Fm et Sud Fm qui s’étaient imposées grâce à leur expérience, la rigueur dans le travail et leur professionnalisme. En un laps de temps relativement court, RFM a détrôné ses ainées. La Télévision (TFM), née quelques années plus tard, occupe la première place au Sénégal, au même titre que L’Observateur, le quotidien du Groupe.
Cette posture de leader du GFM ne peut être la seule responsabilité de Mamadou Ibra Kane. C’est le fruit du travail de toute une équipe qui a su, avec persévérance, s’imposer sur le champs médiatique sénégalais. Elle s’explique également par de meilleures conditions de travail d’agents boostés par un promoteur qui n’a pas lésiné sur les moyens pour investir, notamment sur les ressources humaines. Au moment où au Sénégal, les patrons de presse considèrent leurs employés comme des laissés pour compte.
On ne peut, cependant, occulter le rôle central de Mamadou Ibra Kane dans le succès du Groupe Futurs Medias. Il a su concilier son travail de journaliste à la gestion administrative d‘un groupe de presse.
Et prouve ainsi qu’aucune responsabilité n’est trop grande pour une personne qui fait du respect de sa profession une valeur cardinale. Mamadou a réussi à faire du Grand Jury l’émission la plus prisée des chaines de radio au Sénégal. Toutes les personnalités, sans exception, se bousculent devant son studio. S’il n’en continue pas moins à s’acquitter de ses tâches administratives à GFM, Mamadou Ibra tient encore à servir une profession fortement touchée par la fuite des cerveaux. Il donne une large place à ses activités de journaliste en tenant régulièrement ses émissions, organise des débats, fait des chroniques… Et jamais dans l’exercice de son métier, il n’a exprimé une position ou posé des actes en public contraires aux règles qui régissent la profession.
Mamadou Ibra Kane inspire le respect. Il devrait être cité en exemple pour la jeune génération qui, malgré son amour du métier, est découragée par la situation peu enviable que vivent les professionnels du secteur.
Chapeau Mitecam, pour reprendre nos amis de «Dialgati xibaar».

Babacar DIONE

waaw.info

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here