vendredi , octobre 20 2017
Dernières nouvelles

Il faut protéger Bougane!

« Une nation qui se respecte ne brûle pas ses stars ». Ainsi  parlait  le Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionne devant les parlementaires en référence  à  notre compatriote Lamine Diack en délicatesse avec la loi française et  alors fusillé par une partie de  la presse locale. L’homme semble d’ailleurs être laissé à son  triste sort, éloigné de sa famille et de ses compatriotes.  Pour notre part, nous dirons qu’une icône, on ne la brûle pas, on la protège.    En effet,  une fierté nationale   qui devrait être protégée au même titre que le doyen Lamine Diack, est en train de subir un lynchage médiatique qu’il ne mérite  pas.  L’homme est  un créateur d’emplois pendant que d’autres sont confortablement assis sur un matelas financier sans que leur fortune ne profite à nos compatriotes. Bougane Danny Guèye, patron de D Média, puisque c’est de ce valeureux jeune homme qu’il s’agit,  est une fierté nationale et un exemple pour les professionnels des médias.

Réussite personnelle

Jeune  reporter, il s’est fait connaitre par son professionnalisme avant d’être responsabilisé. Et cela s’est fait dans une entreprise où justement les employés étaient unanimes à  dénoncer certaines inégalités. Ses démêlés syndicaux d’hier ne sont en rien  comparables à  la situation qui prévaut actuellement dans sa boite. On voulait casser un jeune reporter  et qui s’est révélé être un roc en réussissant à bâtir un empire  grâce à son sens relationnel et à son flair. Mais également un caractère trempé. Il mérite surtout notre fierté parce qu’il ne s’est pas servi d’une courte échelle  politique pour sa réussite. Il ne s’est pas non plus laissé compromettre par aucun pouvoir. Libre et équidistant, il l’a été avec  les régimes de Me Wade et Sall.  Depuis la naissance de sa structure,  sa boite a été un modèle de climat social contrairement à beaucoup d’entreprises de presse.   Qu’il ait donc tenu , malgré les difficultés  que vit la presse sénégalaise, à honorer ses engagement vis-à-vis de ses employés, c’est tout à son honneur. Surtout que beaucoup de structures des médias  managés  par ses ainés que l’on surnomme des manitous  ont eu à mettre en chômage technique leurs employés sans que cela ne donne tout ce cohue  avec, hélas,  des attaques caricaturales qui sont loin du tempérament social de l’homme. Loin également   de l’image que ses contempteurs veulent l’offrir  à la meute  prompte à déverser leur haine  sur des personnes dont le  seul tort est justement d’avoir réussi.  Qu’un jeune reporter à qui on ne connait aucune relation dans le  monde impitoyable de  la politique  et des affairistes réussisse à bâtir son empire jusqu’à le hisser en modèle.

Icône de la presse

Une telle personne donc ne mérite pas un tel lynchage médiatique qui n’honore guère ses auteurs que personne n’a entendu durant tout le temps qu’ils percevaient régulièrement leurs salaires pendant que beaucoup de leurs confrères broyaient du noir dans différentes entreprises de presse du pays.  Un milieu d’ailleurs en crise. Et si Bougane Danny a tenu durant tout ce temps sans faillir et en honorant le contrat moral qui le lie à ses employés, ces derniers devraient avoir une autre attitude que de distiller  des informations qui présentent le patron de D Media comme un homme arrogant se vantant de sa richesse. Un tel portait peu flatteur est loin de l’urbanité esquisse de l’homme qui s’est presque effacé pour laisser d’autres au premier plan. Loin aussi des pages  des faits -divers ou du monde des people voire de ceux qui étalent  avec impudeur  sur la place publique leur richesse. Aucune compromission ! On pourrait même dire que ce jeune patron de presse qui s’est réalisé à force de sa poigne, vit caché.  Et voilà que la meute pour une question qui aurait dû se discuter autour d’une table, veut l’offrir en pâture avec  des méthodes qui n’honorent guère leurs auteurs. Au-delà du patron de D  Media, il faut protéger ce fleuron qui doit faire la fierté de tous les professionnels des médias. Bougane   Guèye Dany reste un modèle. Il est de la corporation et doit être protégé par ses confrères et consœurs.  Il aurait pu investir dans d’autres secteurs plus porteurs , mais il a préféré le monde qui l’a fait connaitre au grand public tout en offrant de la dignité par un emploi bien rémunéré à des centaines de personnes. Un tel homme constitue une fierté nationale. Il ne faut pas brûler l’icône Bougane Danny Guèye.

Mansour Dieng (Icône)

VOIR AUSSI

77

La Tfm doublure de la Rfm

Sur la Tfm, il peut vous arriver souvent de suivre un élément dans leur journal, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *