dimanche , septembre 24 2017
Dernières nouvelles

Drame au stade Demba Diop : Voici pourquoi Walf restera toujours debout !

Le drame au stade Demba Diop qui a  fait pour le moment 8 morts à la suite de l’attaque des supporters de l’USO sur ceux de Mbour Petite Côte, au moment où cette équipe menait 2 buts à 1 dans les prolongations, a montré encore les limites de beaucoup de confrères sur le traitement de l’information à chaud.

Sur la TFM, Chérif Dia se permet d’aller à l’antenne pour l’édition de 19h30 sans aucune idée sur ce qui passe. A l’ouverture du journal, il parle juste d’échauffourées en tentant de joindre en vain son reporter sur place, Pape Fara Gningue. D’ailleurs Chérif parle du stadium Marius Ndiaye où se déroulaient des rencontres de basket ball alors que le drame se passe à côté au stade Demba Diop. Hier à la TFM, il y avait vraiment un problème de coordination. Car même à 20h à l’ouverture du journal de Léa Soukeyna Ndiaye, la rédaction  n’avait pas une idée exacte de ce qui se passe. La présentatrice introduit cette fois-ci Pape Fara Gningue en parlant toujours d’échauffourées, ce dernier d’attaque lance, « il y a des morts, un mur s’est affaissé, j’étais là ». Il fallait voir Léa, bouche bée, les yeux écarquillés, plus un mot jusqu’à la fin de  l’intervention de son reporter. Et elle poursuit tranquillement son journal comme la télé poursuit d’ailleurs son programme. Il faut attendre un peu avant 22h pour arrêter le débat de Chérif qui était vraiment plus concentré sur ce sujet et ses invités dans le cadre des Législatives pour mettre des chants religieux et se rattraper par la suite avec un Direct animé par Cheikh Tidiane Diaho.

Sur la RFM, les confrères n’avaient pas le sens du rappel. On pouvait écouter durant 30 minutes le Direct de Mamadou Amar Dionne et de Macoumba Béye sans avoir une idée exacte de ce qui s’est passé au stade. Ils se contentaient d’appeler des responsables du foot ou des politiques pour des commentaires. L’autre problème au niveau de la radio futurs médias c’est la prudence incompréhensible de Mamadou Amar Dionne qui parlait à bout de champ d’enquête pour faire la lumière quand son reporter sur place Malal Junior Diagne soutenait mordicus que ce sont les ouakamois qui ont attaqué les mbourois et c’est ce qui à l’origine du regroupement sur une partie de la tribune qui a cédé faisant des morts et des blessés.

Pendant ce temps sur la Rts, on proposait une prestation de l’orchestre national, la 2Stv était sur un documentaire, la Sentv diffusait sa nouvelle série « 13ème métier », la Rdv sur un film, la Dtv sur de la musique rap, reggae puis folk. Les deux chaînes du groupe Excaf (RDV et DTV) n’ont montré aucune image sur le drame alors que c’est la DTV qui avait transmis en direct la rencontre.

Il fallait attendre l’entrée en scène de Walf pour orienter le tout. Le reporter d’images de la boîte est retourné rapidement à la rédaction pour montrer le film du drame. Moustapha Diop a ainsi pris l’antenne pour un direct qui informe sur l’insuffisance des forces de l’ordre pour s’opposer entre les deux camps. Moustapha est aidé ainsi par deux reporters Cheikh Tidiane Gomis et Thierno Daff (leur correspondant à Mbour) qui étaient au centre de santé Gaspard Camara pour assister des confrères blessés. La star du jour est le caméraman Solo qui a immortalisé les images du drame. Il est invité sur le plateau par Moustapha Diop pour expliquer les conditions dans lesquelles il a travaillé. Parmi les personnes qui appelaient en direct pour réagir sur le drame on a retenu le doyen Magib Séne, un ancien reporter sportif de la RTS qui a salué le professionnalisme des confrères de Walf.

Après le démarrage de l’édition Spéciale de Walf, les autres ont entré dans la danse, Tfm, 2stv, sur Sentv, c’est Abdoulaye Mbaye Pekh et Iran Ndao qui ont parlé du sujet dans l’émission « les grands cœurs » avec l’intervention du ministre des Sports par téléphone.

Concernant d’ailleurs ces interventions, les responsables du foot (le ministre des Sports, le président de la Fédération de football, le président de la Ligue professionnelle…) ont choisi la Tfm pour se prononcer au moment où la réalité des faits s’est déroulée d’abord sur Walf.

A la télévision nationale, on s’est contenté d’écrire sur l’écran un réaménagement du programme suite à des incidents au stade, pour mettre du récital de Coran. Ils n’ont pas cherché loin, ils ont juste remis ce que la télé montrait lors du Ramadan.

Hier soir il y avait une réunion de crise au ministère des Sports pour la gestion de cette affaire. Mais c’est ce qu’il faut aussi au niveau de beaucoup de rédactions pour apprendre aux confrères quelle attitude adoptée face à des situations pareilles.

Transmediatik

VOIR AUSSI

aps

La presse écrite sénégalaise a raté le virage du numérique (universitaire)

Les quotidiens sénégalais ont ‘’raté le virage du numérique’’ car n’ayant pas pu créer des …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *