Télévision : Canal + perd 542 000 abonnés en un an

1261

Selon les chiffres présentés mercredi, la chaîne cryptée a perdu plus d’un demi-million de fidèles en France.

On s’y attendait, mais la chute est douloureuse. Canal + a perdu, en France métropolitaine, plus d’un demi-million d’abonnés en un an. Depuis la reprise en main musclée de l’homme d’affaires Vincent Bolloré, 542 000 fidèles ont quitté la chaîne cryptée. Selon les chiffres présentés par sa maison mère, Vivendi, le groupe audiovisuel comptait, fin septembre 2016, 5,384 millions d’abonnés, en incluant CanalSat et CanalPlay, contre 5,926 millions un an plus tôt.

Lot de consolation : à l’international, et notamment en Afrique où le groupe Bolloré, propriétaire de Vivendi, est très bien implanté, Canal + gagne, sur la même période, 523 000 abonnés, passant de 5,098 millions à 5,621 millions.

À i>télé, une situation encore plus sombre

Du côté d’i>télé, la chaîne d’info du groupe, la situation est encore plus sombre. Après vingt-quatre jours de grève, pour dénoncer notamment l’arrivée de l’animateur Jean-Marc Morandini, mis en examen « pour corruption de mineur aggravée », les audiences ont chuté de 0,8 à 0,3 % de part de marché. « Les choses devraient se dénouer d’ici à la fin de la semaine. Il y avait une vraie volonté de sortie de crise », nous déclarait hier une source proche de Vivendi. En réalité, la direction a mis les journalistes à bout de nerfs. « Beaucoup ont craqué lors de la dernière assemblée générale, confie un visage de la chaîne. Il y a eu des pleurs. »

Pour se remonter le moral, la rédaction a organisé, hier soir au Bus Palladium, une soirée de soutien à la chaîne où étaient attendus notamment François Bayrou et l’humoriste Christophe Alévêque. Mais, sur le fond, peu d’avancées, la rédaction a obtenu la mise en place d’un « cordon sanitaire autour de Morandini ». Aucun journaliste n’est obligé de travailler pour lui, de près ou de loin. Mais rien sur la nomination d’un directeur de la rédaction, alors qu’Alexandre Ifi, qui occupait le poste par intérim, est sur le départ. « On est plus de trente journalistes à avoir pris rendez-vous avec la DRH », indique l’un d’eux. Une aubaine pour Vivendi qui veut réformer i>télé.

De nombreuses rumeurs bruissent même sur une vente prochaine de la chaîne d’info. Une cession démentie chez Vivendi, même si, selon nos informations, le groupe aurait fait signer, avant l’été, une clause de confidentialité aux candidats intéressés. Plusieurs noms d’éventuels acheteurs circulent : NextRadioTV (BFM), « le Figaro », le banquier Matthieu Pigasse (copropriétaire du « Monde ») ou encore le groupe Fiducial (Sud Radio).

Pour Vivendi, l’urgence est « de réformer la chaîne qui, depuis dix-sept ans, a toujours perdu de l’argent, selon un proche du groupe. Ces pertes se sont accentuées à partir de 2005 avec l’arrivée de BFM qui, malgré un budget deux fois moins important, a réussi rapidement à faire 2 à 3 fois plus d’audience ». Pour redresser i>télé, Vivendi ne veut plus d’une chaîne 100 % info. Une des pistes exploitées est de consacrer 10 à 20 % de l’antenne aux divertissements, médias, culture et sport compris.

Source: www.leparisien.fr