Les faveurs de la deuxième alternance : Sud Com in, Com7 out…

0
721

Dans le combat pour le départ d’Abdoulaye Wade, les patrons de ces deux groupes de presse avaient pris position dans les rangs de l’opposition. Pour le groupe Sud Communication, il s’agissait notamment d’Abdou Latif Coulibaly qui avait monté son magazine « La Gazette ». Du côté de COM7, Bara Tall le Pdg avait lancé son mouvement « Yamalé ». Aujourd’hui à l’heure de la gestion de Macky Sall, ces deux groupes qui avaient souffert sous Wade ne sont pas dans une même situation. Le Groupe Sud respire mieux, comme l’attestent les véhicules neufs achetés et le nouveau matériel  de radio installé pour certaines stations régionales. Antoine Diagne de Saint-Louis très fier a publié cette information sur sa page Facebook. Des fréquences délaissées à un moment par le groupe commencent à être réactivées. Nous avons les exemples de Louga et de Diourbel. Les ordinateurs de la rédaction centrale à Dakar rentrent aussi dans le cadre de cette embellie. On pense ainsi que les problèmes d’arriérés de salaires sont peut-être grandement réglés. Tout le contraire au niveau de COM7. Bara Tall a eu quelques proches casés, il a certainement reçu de l’argent avec la route Fatick/Kaolack qu’il doit reprendre. Mais pour le moment son groupe de presse ne ressent pas les retombées de son engagement pour le départ de Wade. Le groupe COM7 se limite maintenant au POP, la radio 7FM n’émet plus et pourtant des promoteurs ne manquent pas pour reprendre la fréquence 97.3FM. Le vendredi 29 juillet 2016, le POP publiait son 5000e numéro et la rédaction promettait que « le meilleur reste à venir, sous peu s’il plait à Dieu. Scrutez l’horizon ! ». Nous pouvons le croire sur la base d’une seule chose, l’engagement des journalistes qui tiennent depuis ce qui reste du groupe avec toutes les difficultés du monde. Bravo chers confrères !

Transmediatik