Dernières nouvelles

Archives par mois : avril 2016

Pub : Boubs pour les divertissements, Elhadji Assane pour la religion

En perspective du prochain pèlerinage  à la Mecque, les voyagistes privés font beaucoup de pub. Et en la matière c’est la voix d’Elhadji Assane Gueye de la RFM qui fait autorité. Il est tellement sollicité que finalement sur les ondes des radios et les antennes des télés, c’est Boubs qui annonce les soirées et autres manifestations mondaines, Elhadji Assane Gueye parle du pèlerinage ou parfois d’autres ziarra et conférence religieuse. Pour Segne Gueye (pour ne pas dire Serigne) comme dit Babacar Fall, le rédacteur en chef de la RFM, c’est la rançon du professionnalisme et du sérieux. En dehors de ce genre de publicité, Gueye fait aussi dans les annonces institutionnelles et évite les annonces partisanes des politiques.

Lire la suite »

TEMOIN : Une erreur de montage qui fait mal

En matière de presse de façon générale, il y a des erreurs qui font mal. Parce que cela anéantit des efforts fournis pour présenter un excellent travail. C’est comme avoir des difficultés au cours de son journal parlé ou télévisé pour un présentateur de recevoir de son technicien les sujets demandés. Nous vous avons parlé ici à Transmédiatik de la bonne qualité du journal le TEMOIN. Ce sont des analyses et des commentaires de haute facture, des informations de première main comme l’annonce dans le numéro de ce vendredi en exclusivité « du retour imminent de Thione Seck qui a profité de ses mois de détention pour beaucoup composer, quelques 60 titres », les billets de « kaccoor Bi », n’en parlons pas. Voilà pourquoi l’erreur de montage de ce vendredi nous a fait mal. En effet la page 2 de l’édition de ce jeudi a été intégralement reprise sur la même page de …

Lire la suite »

Critikmedia – rfm Du 29 Avril 2016

Lire la suite »

Moustapha Diop ne peut pas tout faire

Il coordonne les journaux sur WALF FM, anime la rubrique «  avis d’experts », présente parfois le journal des sports, propose des commentaires sur certaines actualités… Non dans une radio professionnelle, les choses ne marchent pas comme ça. Il faut varier les voix, se partager les rôles, pour donner de la qualité aux auditeurs. On doit se donner à fond au travail mais ce n’est pas une histoire de force physique, c’est l’intelligence. Une rédaction c’est une équipe de football, il faut un bon boulot dans tous les compartiments pour avoir un résultat positif. Le problème ce ne sont pas les journalistes mais le big boss Sidy Lamine Niass. En responsabilisant certains journalistes, il doit leur laisser la liberté d’organiser les équipes pour tirer le maximum de chaque membre de la rédaction.

Lire la suite »

Père des émissions de faits divers à la radio au Sénégal : Je ne crois pas à l’histoire de « l’inspecteur Diokhané »

« Je réclame la paternité des émissions de faits divers, je suis le premier à l’avoir fait. J’aime la radio, c’est ma passion et je compte exercer ce métier jusqu’à la fin ». Ainsi parle celui que le journaliste Khaly Seck (télévision nationale) a surnommé « Inspecteur Diokhané » quand ils étaient ensemble à la radio SUDFM. Inspecteur Diokhané dans les colonnes de l’OBS de ce week end explique qu’il a animé l’émission, « lu xew tey » sur SUDFM à partir de 1996, une radio qu’il a rejoint en 1994 après 19 ans de service à radio Sénégal. « Je l’ai animée  pendant 12 ans, jusqu’à ma retraite ». Diokhané officie présentement sur Almadina FM. Aux jeunes qui animent ce genre d’émissions, Diokhané dit qu’ « on peut produire une bonne émission sans pour autant verser dans l’insolence. On ne doit pas diffuser n’importe quoi à la radio ». Aujourd’hui les émissions de faits divers les plus en vue sont « Teuss » …

Lire la suite »

« La télévision ne pourra jamais tuer le livre »

C’est la conviction d’Aminata Sow Fall. A travers les colonnes du SOLEIL, elle soutient qu’ « en 2000, la question s’était posée lors d’une conférence internationale à Tel-Aviv, en Israël. Des enquêtes et des sondages ont été faits sur la question. Toutefois, il s’est avéré qu’on a jamais utilisé autant de papiers à l’époque, pour fabriquer des livres. » La lauréate du Grand prix de la Francophonie de l’Académie française ajoute que « la télévision et l’ordinateur nous apprennent énormément de choses, mais je pense qu’il y’a un aspect humain qu’on ne peut pas vraiment atteindre par ces médiums ». Notre confrère rappelle qu’Aminata Sow Fall a produit des classiques inscrits dans les programmes d’enseignement comme « La Grève des Battu », Grand prix littéraire d’Afrique noire en 1980, « Le revenant », « L’appel des arènes »…

Lire la suite »

Après s’être échappé de l’hôpital de Banjul où il était soigné : Le journaliste gambien Alagie Ceesay a trouvé refuge au Sénégal

Selon Libération, le journaliste gambien Alagie Ceesay a trouvé refuge au Sénégal. Ce, après s’être échappé de l’hôpital de Banjul où il était soigné. Directeur de la radio privée Teranga FM, il avait été arrêté en juillet dernier par la police secrète du régime de Yahya Jammeh. Il est jugé depuis août pour sédition et publication de fausses nouvelles. Il lui est reproché d’avoir partagé par téléphone portable des images circulant sur internet montrant une arme pointée en direction du président Jammeh. Sa mise en liberté sous caution lui a été refusée à quatre reprises malgré un état de santé jugé préoccupant. M. Ceesay ne s’est pas présenté au tribunal mercredi et un membre de l’administration pénitentiaire, Kalifa Bojang, a dû reconnaître devant la cour que le prévenu ne se trouvait plus en détention. «Il était malade et il a été emmené à l’hôpital Edward Francis de Banjul, le 14 avril 2016 et hospitalisé jusqu’au 20 avril entre midi et 14 heures, moment où il s’est échappé de l’hôpital et nous sommes toujours à sa recherche», a-t-il dit, …

Lire la suite »

Vu et entendu…

Pour savoir tout sur Papa Wemba, il faut écouter Rfi ou visiter le site Rfi.fr. La presse en ligne sénégalaise vient encore de montrer ses limites, elle n’a pas assez de journalistes expérimentés, juste beaucoup de jeunes qui manquent d’expériences et ont souvent un réel problème de niveau et de culture générale. Il y a quelques semaines, j’ai vu sur PressAfrik, un reporter confondre, RADDHO et RADDO autrement dit  la Rencontre Africaine Pour la Défense des Droits de l’Homme et le Réseau Associatif de Développement Durable des Oasis. C’était sur un compte rendu d’un opposant gambien qui demandait à la RADDHO de prendre ses responsabilités. Cela me rappelle une remarque du doyen Pathé Mbodji. Ce dernier, pour démontrer ce problème de maturité des jeunes journalistes, donnait l’exemple du reporter qui durant toute la matinée dans ses brèves parlait d’une pirogue qui a chaviré en mer à hauteur de la ville …

Lire la suite »

Momar Seyni Ndiaye, journaliste – « L’odeur des placards au journal Le Soleil, je connais… »

Momar Seyni Ndiaye, journaliste, formateur et spécialisé en communication politique a mis les pieds dans le plat en évoquant la situation que vivaient professionnellement les journalistes du quotidien pro-gouvernemental « Le Soleil ». Co-invité avec Issa Sall, directeur de publication de l’hebdo « Nouvel Horizon », de l’émission dominicale « Remue-Ménage » de la RFM? il a puisé dans ses souvenirs pour illustrer la constance du dictateur gambien Yaya Jammeh dans ses défiances à l’endroit du Sénégal. « Nous étions en 1980, le Sénégal venait de mener la première opération militaire appelée Fodé Kaba pour restaurer l’ordre constitutionnel en Gambie menacé par Kukoï Samba Sanyang. Alors qu’il était le Pdg du quotidien national, il m’avait demandé d’écrire un commentaire allant dans le sens de saluer l’intervention de l’armée sénégalaise », raconte Momar Seyni Ndiaye, qui a dirigé par la suite le service « Politique » du journal et la direction de la communication de la Sones, avant de prendre sa retraite. …

Lire la suite »

Informer sans faire le jeu du terrorisme

‘’Les terroristes ne veulent pas que beaucoup de gens meurent ; ils veulent que beaucoup de gens sachent’’, sachent l’acte meurtrier ou terrorisant qu’ils ont commis. Et là, la presse leur en offre l’opportunité. Le terrorisme, stratégie par la terreur, aurait-il eu alors l’ampleur qu’il connaît s’il ne pouvait trouver en la presse une ‘’plate-forme d’amplification’’  de ses coups d’éclat ? Elle mérite réflexion, cette analyse du chef du Bureau de l’information et des relations publiques de la police, l’adjudant-chef Henri Boumy Ciss, intervenant à la conférence-débats ‘’Cas d’école’’  organisée le 19 avril dernier à Dakar par le Conseil pour l’observation des règles d’éthique et de déontologie dans les médias (Cored). Cette analyse d’un phénomène par un policier résume le thème du Cas d’école à savoir ‘’Médias et terrorisme : quelle posture pour les journalistes ?‘’ Le terrorisme, qui mise sur l’effet psychologique, a besoin de ce que le journaliste Mame Less Camara appelle …

Lire la suite »