Couverture médiatique du référendum: L’appel du CORED (communiqué)

0
503

Le CORED, Conseil pour l’Observation des Règles d’Ethique et de Déontologie dans les médias et son Tribunal des Pairs, instances d’autorégulation de la profession journalistique lancent un appel solennel aux professionnels de l’information et de la communication, ainsi qu’à l’ensemble de la société sénégalaise quant à la diffusion et à l’usage de l’information relative au référendum du 20 mars 2016.

En cette période de campagne pour le référendum, le CORED, notamment le Tribunal des Pairs, constate de sérieuses dérives professionnelles et déontologiques dans la couverture et le traitement de l’information et interpellent tous les pairs, en particulier les Directeurs de publication, sur l’impérieuse nécessité de se ressaisir et de procéder aux réajustements déontologiques qui s’imposent, dans les meilleurs délais. Cela autant dans les médias de service public que dans les médias privés.

Le CORED souligne et regrette tout particulièrement

  • la faiblesse de l’information de nature à éclairer le public dans un environnement propice à la confusion
  • les prises de position des médias hors des genres rédactionnels prévus à cet effet et des règles professionnelles
  • la couverture inéquitable et déséquilibrée des tournées, manifestations et déclarations des deux courants
  • les prétextes à lier tout sujet au référendum, notamment lorsqu’ils sont orientés
  • la tonalité de la couverture de la campagne de nature à alimenter le climat de tension et de violence déjà constaté.

Le CORED rappelle à tous les journalistes, photoreporters et techniciens de l’information et de la communication, acteurs de médias, animateurs de revue de presse, éditeurs de sites web, leur devoir de responsabilité envers le public quant au respect de la véracité et de l’équilibre des informations qu’ils véhiculent.

Le CORED rappelle que ces acteurs des médias doivent

  1. s’obliger à produire et diffuser une information de nature à éclairer les citoyens et électeurs sur les enjeux et procédures de la consultation référendaire afin de les aider à bien fonder leur choix
  2. s’interdire toute publication d’informations non vérifiées, de communiqués de propagande, d’accusations anonymes, allusions à l’ethnie, à la région ou la religion des personnes
  3. rectifier toute information publiée qui se révèle inexacte, dans des délais raisonnables.

En ce moment solennel de notre vie politique et institutionnelle, déterminée par le contexte national, référendaire et à la veille de la trêve que la loi impose à la campagne et aux médias à partir de vendredi 18 mars, le CORED invite tous et chacun, journalistes et citoyens, à la responsabilité sociale et professionnelle.

Le CORED formule cette invitation et cet appel tout particulièrement à l’adresse des professionnels, en cette fin de campagne et à la veille de la couverture du scrutin, en vertu des lois de la République et des principes professionnels et déontologiques journalistiques qui gouvernent notre travail.

En vertu de nos contributions à la construction d’une société paisible et démocratique, nous devons être les gardiens farouches de :

  1. la véracité de l’information diffusée aux citoyens et usagers des médias
  2. l’équilibre entre les courants de pensée et choix proposés aux électeurs
  3. la responsabilité sociétale, déontologique sur les enjeux de la consultation et sur les risques de violence.

Le Tribunal des Pairs invite instamment les directeurs de publication et rédacteurs en chef à assumer avec force leur responsabilité, leur professionnalisme et le contrôle qui sied sur le travail éditorial avant diffusion.

Le CORED, dans un esprit et une démarche de co-régulation, salue et appuie les initiatives et appels du Conseil national de Régulation de l’Audiovisuel (CNRA) pour un traitement équilibré des activités des « courants du OUI et du NON ».

Le CORED rappelle aussi que conformément à l’article L61 du Code électoral, « durant la période des trente (30) jours précédant la campagne électorale, est interdite toute propagande déguisée ayant pour support les médias nationaux publics ou privés ».

Malgré le vide juridique créé par l’absence de mention dans le décret organisant le référendum des dispositions du Code électoral relatif à la couverture médiatique, nous défendons l’esprit de la loi et nos propres exigences éthiques.

Le CORED est convaincu que le respect de cette ligne de conduite est de nature à renforcer la crédibilité des acteurs des médias.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici