Suivre l’évolution d’une information…

0
241

Il y a une semaine, le journal l’AS nous informait de l’extradition de la Mauritanie vers le Sénégal de jihadistes. Ce sont de jeunes sénégalais qui étaient en partance pour rejoindre les rangs de Boko Haram au Nigéria. Hier (jeudi 17 février 2016), le journal LIBERATION revient sur cette information mais l’a diluée dans un article, une vraie enquête sur l’arrestation de l’autre présumé jihadiste, Moustapha Diatta, le vendeur d’aquariums. Donc cette information sur les jihadistes arrêtés par les forces de l’ordre mauritaniennes sur renseignement de celles sénégalaises, n’est plus de l’actualité. Ce que LIBERATION a compris. Ce matin (vendredi 19 février), la RFM ouvre ses éditions du matin sur cette même information avec un titre et un chapeau qui ne donnent pas des éléments nouveaux. Mais si on écoute bien l’envoi de leur correspondant, on apprend un peu comment ces sénégalais se sont connus à travers des écoles coraniques. Il y a quelques jours ce même correspondant rapportait les conseils d’un guide religieux sénégalais à l’endroit de ces apprenants dans les écoles coraniques mauritaniennes. Le correspondant de la RFM à Nouakchott avait donc des éléments pour rendre son information actuelle, vendable et qui mérite l’ouverture du journal.

Il faut savoir suivre une information et suivre ce que font les autres. Face à l’Ambassadeur de la France au Sénégal, des journalistes du quotidien ENQUETE, sont revenus sur la sortie du président Macky Sall relativement au traitement de la question du terrorisme par les médias internationaux. L’ambassadeur Jean-Félix Paganon a dédouané la presse française en soutenant que c’est Bloomberg à New York repris par Reuters, qui a présenté le Sénégal comme une cible. Il fallait rappeler à Monsieur Paganon que le chef de l’Etat avait aussi parlé « des médias internationaux qui ont de l’influence sur l’audimat africain réalisant des interviews qui d’ailleurs sont douteux de soi-disant sénégalais en Syrie ou en Lybie ». C’est Rfi qui avait interviewé un sénégalais jihadiste en Lybie qui menaçait notre pays et notamment la communauté mouride de représailles en considérant que la charia n’était pas bien appliquée et que les mourides croyaient plus en leur marabout qu’en Dieu.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici