Le bimensuel burkinabè L’Evénement suspendu pour “diffusion de secret militaire”

0
484

Le Conseil supérieur de la communication (CSC) a décidé de suspendre, pour une durée d’un mois, la parution du journal L’Evénement pour diffusion d’informations relevant du secret militaire, a appris APA vendredi auprès de l’institution en charge de réguler les médias au Burkina Faso.

Selon un communiqué de presse signé de la Direction de la communication et des relations publiques du CSC dont APA a reçu copie vendredi, dans l’après-midi, cette suspension va du vendredi 19 février au samedi 19 mars 2016 inclus.

Le même écrit précise que “L’Evénement, dans sa parution N°320 du 10 février 2016, à travers l’article intitulé +Les poudrières du Burkina+ livre avec force détails, plan à l’appui, des informations techniques et géographiques des différents dépôts d’armements des Forces Armées Nationales”.

Pour le CSC, “l’information contenue dans ledit écrit, au regard des exigences déontologiques du journalisme et du contexte actuel, est de nature à porter atteinte à la sécurité du Burkina Faso”.

Ainsi, le Collège des conseillers de l’institution, en application de l’article 46 de la loi organique n° 015-2013/AN du 14 mai 2013 portant attributions, composition, organisation et fonctionnement du CSC, a décidé de la suspension de la publication du journal pour une durée de trente (30) jours.

A lire le communiqué du CSC, le journal L’Evénement n’est pas à son premier manquement dans le traitement de l’information relative à la question sécuritaire.

“Nonobstant les multiples auditions et rappels à l’ordre du CSC et l’appel de l’institution en date du 15 octobre 2015 invitant les médias à s’abstenir de publier ou de diffuser des informations stratégiques militaires et/ou de défense et toute autre information pouvant porter atteinte à la sûreté de l’Etat, ou compromettre l’action des Forces de Défense et de Sécurité sur le terrain, le journal L’Evénement s’est de nouveau illustré négativement”, note-t-on.

Le Conseil supérieur de la communication, à travers le communiqué, rappelle à tous les médias que le respect strict des textes en vigueur est une exigence de la liberté de la presse.

“Il y va de la respectabilité des hommes et femmes de médias et de la promotion de la liberté d’expression”, souligne-t-on.

L’Evènement est un bimensuel burkinabè d’investigation paraissant les 10 et 25 de chaque mois. Le directeur de publication et le rédacteur en chef du journal ont été entendus, puis relâchés, hier jeudi par le tribunal militaire de Ouagadougou.

Source:  www.apanews.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici