Journaliste assassiné en Guinée: une enquête partiale pour les avocats

611

En Guinée, les avocats de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), principale force d’opposition, dénoncent une enquête orientée et partiale dans l’affaire du journaliste tué par balle le 5 février lors d’affrontements entre militants politiques.

Une première plainte a été déposée vendredi 12 février par les avocats de l’opposition. Ils annoncent également vouloir déposer une nouvelle plainte ce lundi 15 février contre le chef enquêteur.

A ce jour, 20 personnes ont été arrêtées, 20 proches de Cellou Dalein Diallo. Maître Aboubacar Sylla, membre du collectif des avocats de l’UFDG, dénonce à RFI « des enquêtes orientées » et affirme que « c’est plus politique que judiciaire ».

L’avocat ajoute à RFI : « Le premier officier a bien commencé les enquêtes. Il aurait été surpris que l’enquête lui soit retirée et soit confiée à une autre équipe. Malheureusement depuis que nous sommes devant cette équipe, les principes fondamentaux qui gouvernent les enquêtes des officiers de police judiciaire sont violés. »

« L’UFDG a pris toutes les dispositions pour éviter ces échauffourées. Avant la réunion du bureau exécutif, le parti a pris le soin d’adresser des correspondances à la commune et à l’escadron de gendarmerie qui est situé à côté pour dire, attention il a des menaces qui sont proférées. Malheureusement personne n’a levé le petit doigt », conclu Maître Aboubacar Sylla.

Le 5 février dernier, El Hadj Mohamed Diallo, collaborateur des médias privés Guinée 7 et L’Indépendant, a été blessé par balle dans des heurts devant le siège de l’UFDG impliquant la garde civile du parti et des partisans d’Amadou Oury Bah, exclu par le parti. Le journaliste a succombé à ses blessures à l’hôpital.

Source: Rfi.fr