La liberté de presse ne doit pas être un prétexte pour agresser d’autres citoyens

0
527

C’est une explication du Chef de l’Etat en réaction à la caricature du fondateur du mouridisme Cheikh Ahmadou Bamba par l’hebdomadaire panafricain Jeune Afrique. “Je voudrais de la façon la plus solennelle condamner très fermement cette façon de caricaturer la religion des autres ou la foi des autres. La liberté de presse ne doit pas être un prétexte pour agresser d’autres citoyens”, a indiqué Macky Sall, rapporte l’Aps.

Pour le Chef de l’Etat, “il n’est pas acceptable qu’une telle caricature après ce qu’on a connu sur l’affaire Charlie Hebdo puisse venir d’un journal aussi important que Jeune Afrique sur le continent en sachant ce que représente le mouridisme au Sénégal et la figure de Cheikh Ahmadou Bamba”

“Faire une telle caricature a été une erreur très grave du journal. J’accepte les excuses qu’ils ont faites (…) Il faut respecter le choix des autres, la croyance des autres. C’est comme ça que nous pouvons bâtir une coexistence pacifique. Le monde a déjà suffisamment de problèmes pour qu’on en rajoute par des attitudes irresponsables”, a ajouté le chef de l’Etat.

“Le Sénégal est un pays extrêmement tolérant, pays où la cohabitation entre religions se fait de façon harmonieuse dans le respect de la diversité. Nous exigeons que nos croyances soient respectées”, a-t-il souligné.

Le président Sall s’exprimait lors d’un point de presse avec le président du Conseil des ministres Italien, Matteo Renzi.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici