CE QUE JE N’ATTENDS PAS DE L’ATELIER «CAS D’ECOLE» DU CORED !

0
194
Quelqu’un se demandait, fort justement d’ailleurs, «pourquoi les journalistes ne s’appliquent pas les leçons qu’ils sont si prompts à donner aux autres » ?
La meilleure réponse serait une culbute qui colle à la peau d’une autre corporation, celle des toubibs : « fais ce que je dis, ne fais pas ce que je fais ».
Voilà tout le problème de ma corporation ! Le CORED n’aurait jamais été si bien inspiré par ces temps qui courent que d’inviter à une réflexion autour du thème « Journaliste et Publicité : l’avoir a t-il détrôné les fondements » ? (sic).
Pourquoi faire compliqué, quand on peut faire simple ?
J’ose croire enfin que la corporation posera en des termes clairs et nets la notion de « conflit d’intérêt dans l’exercice du métier de journaliste au Sénégal ». Car en vrai, il ne s’agit ni plus ni moins que de cela.
Le panel de cette après-midi s’y prête, alors osons crever l’abcès.
Pourquoi Diantre, la presse serait le seul corps de métier qui s’autorise à se soustraire à ses « propres » règles de bonnes conduites, pourtant si consensuelles, j’allais dire si universelles que . . . « Ethique et déontologie »?
Pourquoi, je n’attends rien de cet atelier « cas d’école » du CORED ?
Soyons clair : je salue l’initiative et m’incline devant l’esprit alerte du CORED de poser ce débat, et tirer la sonnette d’alarme avant qu’il ne soit trop tard. Mais hélas, la profession a déjà pris beaucoup de retard par rapport à la « régulation ». Que dis-je ? A l’autorégulation ! Quelle personnalité exerçant des responsabilités publiques n’a pas la hantise d’être épinglée un jour par la presse (les médias en général) pour conflit d’intérêt. Les cas sont devenus banals : des «scandales» de conflit d’intérêt dénoncés par les médias. Et, personne n’y échappe. Demandez à notre aîné et ex confrère Abdou Latif Coulibaly (passé de l’autre côté de la barrière de la corporation depuis son entrée en politique). La presse s’est « régalée » d’associer son nom (à tord ou à raison ?), avec une jouissance non dissimulée, au recrutement de son épouse au Bureau de Opérationnel et de Suivi du PSE . . .
L’objectif n’est pas de revenir sur cet épisode, mais l’exemple est assez éloquent de ce que les journalistes semblent pointilleux quand il s’agit de traiter les sujets se rapportant « aux autres ».
Dites-moi seulement qu’il n’y a pas de conflit d’intérêt quand un journaliste clame publiquement représenter une marque, une personnalité publique ou une personne morale et considérer toutes les annonces publicitaires s’y rapportant comme sa «chasse gardée» ?
Dites-moi seulement qu’il n’y a pas de conflit d’intérêt qu’un journaliste troubadour prête sa voix pour l’annonce commerciale d’un événement, contre rémunération, non déclarée bien sûr ?
Dites-moi seulement s’il n’y a pas de conflit d’intérêt qu’un journaliste soit l’annonceur commercial attitré d’une marque ou d’un promoteur d’événement ?
D’ailleurs, à ce jeu là, on peut s’amuser longtemps. . .
C’est à croire que les journalistes se disputent les faiseurs d’événements. Ainsi on peut facilement deviner quel « journaliste » fait les annonces commerciales pour  X ou Y?
Quel journaliste garde jalousement le marché publicitaire de tel ou tel annonceur ?
Quel journaliste fait les annonces publicitaires pour . . . Professionnellement, c’est même désagréable d’entendre la même voix «concurrente» passer sur toutes les ondes de radios et chaines de télévisions.
Faisons crédit à ces professionnels des annonces commerciales qu’ils ne savent pas que « les règles d’éthique et de déontologie de la presse interdisent au journaliste de péter sa voix à une annonce commerciale ». Soit !
Mais quel patron de presse ou journaliste osera affirmer ignorer cette règle, pourtant si simple à comprendre.
Ce n’est pourtant pas si difficile, il s’agit juste, chers panelistes de rappeler un principe qui fonde notre métier, un principe simple pour bannir les conflits d’intérêts.
Abdoulaye Cissé
Journaliste – Paris – Laye.cisse@gmail.com

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici