Salif Keïta n’est pas content

0
204

Un air de sentiment de dégoût a caractérisé la sortie de l’artiste lors d’un point de presse pour faire le point sur sa tournée en Amérique latine et en Europe et sur ses activités musicales à la veille de la fin de l’année. «Le dernier ministère du Mali, c’est celui de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme. C’est pourquoi, les artistes doivent faire autrement», a-t-il précisé.

Avant d’enchaîner : «Je me suis débrouillé toujours pour manger ; je me suis débrouillé à satisfaire des gens autour de moi, qui ont besoin de mon aide et ces derniers n’aiment pas que j’apporte aide aux gens qui n’aiment pas le Mali. J’essaie d’exister dans ce pays. J’ai souffert pour être modèle et en ce moment, il y avait un homme politique qui m’a fermé la porte. Je ne voulais pas quitter ce pays, comme Youssou N’Dour et Alpha Blondy dont leurs autorités ont tout fait pour qu’ils restent chez eux. Et moi,  on a tout fait pour que je dégage, parce qu’ils n’ont pas pu me mettre dans leur poche».

En outre, Salif Kéïta avoue qu’il chante pour les bosseurs, les travailleurs et non pour les fainéants. «J’ai chanté pour Alassane Ouattara, président de la Côte d’Ivoire, parce que je l’aime ; c’est un bosseur ; c’est un travailleur. Il n’a fait qu’un seul mandat, mais il a changé la Côte d’Ivoire. Il a laissé tout derrière lui pour se donner au pays», a-t-il dit.
Pour sa carrière politique, l’enfant de Djoliba assure qu’on le verra un jour à la tâche. «On me verra un jour dans la politique. Je n’ai pas capitulé, parce que j’ai ma place à l’Assemblée nationale», a-t-il conclu.

Avec maliweb.net

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici