Il faut arrêter l’incurie et la chienlit du Sen Petit Gallé

0
204

A la vérité, on saurait nier sans tomber dans la passivité extrême qui consiste à être des spectateurs passifs qui consomment d’un seul trait tout ce que nos télévisions nous montrent à longueur de journée. Jamais je n’ai été si sidéré que devant le spectacle du Sen Petit Gallé  que nous a montré la TFM en ce 26 décembre au vu de la manière selon laquelle celui qui devait annoncer les résultats se délectait en ruminant a plusieurs reprises le nom de celle qui est couronnée, tout en faisant fi de la pression psychologique qu’il exerçait sur les  candidats qui pouvaient tomber en syncope avant le verdict, si toutefois ; ils étaient atteints de crise cardiaque. Ironie du sort, depuis le commencement de ce tournoi jusqu’à présent, c’est le même scenario et ceci avec un Ponce Pilatisme beat de tout un peuple qui attend que l’irréparable se produise pour ensuite ruer sur les brancards. Loin d’être un féru de ce tournoi ou de cette émission, car je pense qu’il existe des milliers de défis qui interpellent notre cher Sénégal en matière de politique éducative, sociale et de promotion des droits de l’enfance qu’au lieu d’installer notre jeunesse dans un farniente sans précèdent en court circuitant leur avenir pour en faire de probables chanteurs ? Sic ….Dites-moi depuis mathusalem jusqu’à présent, quel est le peuple ou le pays qui s’est développé à  partir de la chanson  ou des activités ludiques? Absolument, aucun. La question qui me taraude l’esprit est de savoir où sont les chantres de la lutte avant gardistes  lutte contre les pires formes de travail des enfants , ou le travail des mineurs ou les enfants soldats, à ce qui me semble, ils sont muets comme des  carpes, car on ne les a pas senti dénoncer au moins cette utilisation de la jeunesse vers d’autres horizons moins formateurs que le chemin des amphis ou des bibliothèques qui garantissaient, naguère des apprenants bien formés.  Si on y prend pas garde ; tout peut arriver car les gens qui sont chargés de donner le verdict du Sen Petit Gallé n’ont aucune idée de la psychologie de l’enfant, c’est pourquoi, ils tirent le supplice  jusqu’ à l’ extrême. Messieurs, si vous ignorez la psychologie de l’enfance, retenez bien qu’un jury n’a le droit de faire languir les candidats qui attendent impatiemment leurs résultats et qui, face à la montée d’adrénaline et devant la peur négative de l’échec, peuvent rendre le dernier soupir, que Dieu nous en garde. C’est pourquoi, tant les organisateurs de cette émission comme les parents qui laissent leur progéniture y participer sont tous responsables au même niveau. Surtout, ne croyez pas qu’en créant le suspense jusqu’ à l’extrême vous pouvez nous faire croire à la volonté divine si toutefois, l’irréparable se produisait. Assurément non, car dans de tels cas, le Procureur s’en saisirait. Il faut arrêter pendant qu’il est temps car nous n’avons pas besoin d’une jeunesse du kwassa kwassa, du songma ou de Na Gooré.

Professeur Abdoulaye Diouf Diplômé de L’Université de Barcelone.  Enseignant vacataire à L’Université de Thiès

S.G CPJE NAY LEER.

Abdoumbacke2009@gmail.com

 

 

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici