le groupe D-Média inquiété pour son traitement du scandale politique né de l’affaire Lamine Diack

0
241

(Agence Ecofin) – Au Sénégal, plusieurs journalistes du groupe D-Média étaient convoqués à la Division des investigations criminelles (Dic) à Dakar, ce lundi 21 décembre 2015. Des convocations qui font suite à l’arrestation et la détention du directeur de la chaîne SenTv appartenant au même groupe de presse.

Massamba Mbaye a été arrêté le 19 décembre 2015 suite à la descente d’une mission de la Dic venue emporter des enregistrements d’émissions. L’opposition de Massamba Mbaye lui a valu d’être embarqué puis interrogé à la Dic. Plus tard, le directeur général du groupe D-Média, Bougane Guèye Dany, a personnellement apporté les enregistrements.

Les ennuis du groupe D-Média viennent du fait que des émissions ont été produites sur le scandale politique né de l’affaire Lamine Diack (photo), l’ex-président de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF). Ce dernier a été mis en examen par la Justice française pour « corruption passive » et « blanchiment aggravé ». Selon le journal français « Le Monde », Lamine Diack a négocié avec la Russie le financement de l’opposition sénégalaise pour les élections municipales de 2009 ainsi que la présidentielle et les législatives de 2012. Les fonds russes avaient permis d’acheter le silence sur le dossier de dopage des athlètes russes.

La polémique est vive au Sénégal, car le président Macky Sall est appelé à s’expliquer, lui qui faisait partie de l’opposition en 2012 et a d’ailleurs remporté l’élection présidentielle contre Abdoulaye Wade.

Les ennuis du groupe D-Média sont dénoncés par le Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (Synpics) et le Conseil des diffuseurs et éditeurs de presse du Sénégal (Cdeps). Pour ces organisations, les journalistes sont harcelés pour avoir commenté le scandale politique né de l’affaire Lamine Diack.

« Les journalistes ne doivent pas être inquiétés dans l’exercice de leur fonction. Ils n’ont fait que leur travail. On ne comprend toujours pas qu’un journaliste passe huit heures d’horloge à la Dic », a déclaré le président du Cdeps, Mamadou Ibra Kane.

Assongmo Necdem

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici